Alors que Stéphane Richard, le patron d’ Orange se donne la limite d’avril pour boucler le dossier Bouygues Telecom, la part de Free Mobile se dessine.

La disparition d’un opérateur mobile dans un marché à trois puis à quatre et d’un scénario de retour à trois avec de nouvelles fréquences vendues n’est pas chose simple, surtout sous le regard de l’Autorité de la Concurrence. Et le rachat par Orange semble le seul scénario tenant la route. En effet, Martin Bouygues ne s’entend pas assez avec Xavier Niel pour lui céder sa partie mobile et le rachat de SFR par Numéricable n’est pas digéré non plus.

Reste donc la porte de sortie avec Orange où Martin Bouygues espère bien garder un pied dans les Telecom, qui plus est, chez l’opérateur affichant la meilleure santé financière et avec de belles perspectives d’avenir dans l’Europe pour devenir un opérateur mobile Européen incontournable.

Du côté de Free Mobile, l’opérateur ne semble pas du tout intéressé par les clients de Bouygues Telecom, misant sur sa croissance de recrutement qui, au regard des derniers mois depuis le lancement de ses offres, reste premier chaque trimestre.

Non, ce qui intéresse Free Mobile plus que tout ce sont les antennes mobiles afin de disposer au plus vite d’un réseau mobile en propre. Mais le temps de basculer ces antennes sur son propre réseau, il se fait dire que la condition de Free Mobile dans ce rachat de Bouygues Telecom par Orange est de faire perdurer le contrat d’itinérance avec Orange le temps que le réseau Bouygues Telecom soit basculé sur celui de Free Mobile afin d’être totalement autonome.

L’idée est de dire que si Free Mobile n’a plus besoin de déployer son propre réseau mobile mais d’intégrer celui qui est déjà existant, cela nécessite du temps et des modifications dans l’architecture. Free Mobile conservera probablement les pylônes mais une partie du matériel devrait être remplacé par ses propres équipements afin d’obtenir un réseau mobile homogène, permettant d’utiliser les fréquences mobiles dont il dispose.

A ce sujet, Free Mobile devrait également récupérer une bonne partie des fréquences mobiles de Bouygues Telecom. Il faut dire que Free Mobile est l’opérateur mobile qui dispose le moins de fréquences parmi les quatre opérateurs en place.

Enfin, Free trouverait un intérêt à récupérer quelques boutiques pour ses Free Center mais cela se ferait bien entendu en fonction des lieux où Free est déjà présent, afin d’éviter des doublons inutiles.

Si un tel scénario se dessine, on ne sait pas combien Free sera prêt à payer pour récupérer cette partie de Bouygues Telecom mais il semble bien que cette part soit idéale pour son autonomie et sa croissance en France.