Si Free est attaqué de tout bord depuis son arrivée sur le marché de la téléphonie mobile, Fleur Pellerin, la ministre en charge de l’économie numérique souligne les aspects positifs de Free Mobile.

Fleur Pellerin estime que Free Mobile a bon dos et souligne les aspects positifs de son arrivée dans la téléphonie mobile.

De l’aspect positif sur le pouvoir d’achat des Français en passant par la création de bon nombres d’emplois, il s’agit surtout, selon la ministre, aux autes opérateurs de repenser leur modèle économique ainsi que leurs offres commerciales.

Si les opérateurs estimaient qu’il n’y avait pas de place pour un quatrième entrant, les faits révèlent bien que le nombre d’abonnements dans la téléphonie mobile est en hausse depuis l’arrivée de Free Mobile, notamment avec les offres sans téléphone inclus et sans engagements dits SIM Only.

Pour Fleur Pellerin, l’ancien Gouvernement aurait mieux dû préparer et anticiper cette arrivée du nouvel opérateur afin que les choses se passent moins brutalement.

Concernant les emplois, elle précise que le marché de la téléphonie mobile subit un tassement qui ne s’opère pas qu’en France mais au niveau mondial. Il n’y a donc pas de raison d’imputer cet état du marché à l’arrivée de Free Mobile qui a “parfois bon dos” : “Plutôt que de chercher un bouc émissaire, notre ambition est maintenant de faire en sorte que ce marché puisse recréer des emplois et investir dans une configuration à quatre opérateurs. Nous relançons l’investissement dans le très haut débit fixe, nous accélérons l’arrivée de la 4G. Ce sont des chantiers qui permettront de redynamiser les emplois, autant chez les opérateurs que chez les prestataires dans le BTP, les équipementiers, la relation clients, etc.”

La ministre s’exprime également sur la mutualisation des réseaux et préfère ce scénario, déjà adpoté dans d’autres pays, plutôt que la disparition d’un acteur, ce qui serait signe d’un échec pour le marché Français.

Quant au développement du réseau Free Mobile, Fleur Pellerin souligne du retard selon les derniers calculs de l’Agence Nationale des Fréquences qui indique 1779 antennes relais actives à fin 2012 (différent des antennes déclarées). Le Gouvernement est très attentif sur l’investissement de Free dans son réseau mobile et surveille son déploiement.

source : Les Echos