Mais que se cache-t-il derrière ce nom barbare ? C’est peut-être le chipset Femtocell intégré dans la Freebox Révolution et prêt à fonctionner via une simple mise à jour du firmware. Selon Electron Libre, Iliad, maison mère de Free, est actionnaire de la société Node-H. Node-H développe des logiciels permettant d’exploiter des femtocells avec un taux de transfert élevé et un grand nombre d’utilisateurs simultané. Pour cela, Node-H utilise la plateforme Percello PRC 6000. Cette solution permet de modifier le code source et s’adresse donc à des entreprises pouvant développer leurs propres solutions tout en permettant des évolutivités. Démonstration en vidéo…

Si Iliad est actionnaire d’une société développant des solutions logicielles pour Femtocells, solutions permettant d’injecter son propre code source et donc gage de souplesse et d’évolutivité, notons également que la puce Percello PRC 6000 pourrait avoir été intégrée dans la Freebox Révolution sous une autre appellation ou tout simplement sans aucune indication.

En effet, quelques jours après la conférence de presse sur la présentation de la Freebox Révolution, Xavier Niel avait indiqué que Free avait délibérément modifié ou effacé des inscriptions sur certains composants de la Freebox Révolution et ce, dans le but de cacher les possibilités qu’elle renferme.

Percello PRC 6000, c’est précisément cette solution matérielle qui aurait été retenue par Node-H afin d’obtenir les meilleurs résultats.

La puce Percello PRC 6000, donnant visiblement les meilleurs résultats avec le logiciel de Node-H dont Iliad, rappelons-le, est actionnaire, permettrait d’obtenir des débits de 10 Mbps et d’accepter simultanément 24 téléphones mobiles, ce qui est selon Node-H, la seule solution capable d’atteindre ce chiffre.

Il suffirait alors d’une simple mise à jour de la Freebox Révolution pour activer les femtocells.

Nous vous proposons de découvrir la vidéo réalisée par Node-H, présentant sa solution. Notez bien le peu de place que prend le Percello PRC 6000