Alors que les médias s’emballent autour d’une rumeur concernant un smartphone fabriqué par Free et nommé FreePhone prend de l’ampleur, interrogeons-nous sur son intérêt…

Xavier Niel a promis “un petit machin sympa” avant la fin du premier trimestre 2015. Quelques jours après la sortie de l’offre Free Mobile, il confirmait que Free avait réfléchi au développement d’un smartphone mais que le consommateur voulait un iPhone, un BlackBerry ou encore un smartphone android. De ce fait, il semblait difficile de se faire une place parmi les grandes marques de smartphones et il aurait été difficile de s’imposer avec un FreePhone.

Et pourtant, depuis quelques jours, des brevets déposés par iliad montrent que Free travaillerait sur une télécommande complètement tactile avec la possibilité de l’orienter en portrait ou paysage, dotée d’un clavier tactile. Cela fait fortement penser à un smartphone. Si l’opérateur propose des applications iOS et android, force est de constater que celles-ci restent assez limitées en terme d’usage. On pense également à l’application Freebox Connect présentée lors du lancement de la Freebox Révolution et qui n’a jamais vu le jour.

Face à la Bbox miami embarquant le système android, Free pense que c’est une grave erreur de faire rentrer le géant Google au cœur de nos Box en France et qu’il faut garder son indépendance avec son propre OS. Alors Free pourrait-il respecter cette pensée en sortant un smartphone sous un autre OS que android ? Les rumeurs parlent d’android ou de Firefox OS mais le nombre d’applications pour un smartphone n’est-il pas un caractère décisif au niveau de l’achat ? Un smartphone avec peu d’applications serait-il assez séduisant ?

Free Mobile propose par ailleurs la vente et la location de smartphones. Quelle place trouverait alors un FreePhone dans toute cette gamme ? Et à quel prix serait-il vendu ?

Non, attendez… et si Free Mobile mettait à disposition son smartphone dans son offre mobile tel qu’il le fait avec la Freebox ? Les prix des forfaits ne changeraient pas mais il ne serait plus question de devoir s’équiper d’un smartphone, l’opérateur en mettant un à disposition directement avec ses propres technologies telles que EAP-SIM pour la connexion automatique au réseau FreeWifi.

Mais est-ce un bon calcul ? Une Freebox, une fois installée, ne bouge pas et n’est que rarement peu détériorée. Par contre, un smartphone se transporte partout et peut se rayer, tomber et même se tordre ! Quel serait alors l’impact sur le chiffre d’affaires de l’opérateur ?

Alors hormis le fait de mettre à disposition gratuitement le terminal à ses abonnés, quel serait l’intérêt de fabriquer un FreePhone ? Xavier Niel nous a expliqué qu’il était difficile d’innover dans les réseaux mobiles car les utilisateurs ont tous des téléphones mobiles différents. On peut proposer quelques services via les applications mais on ne peut pas vraiment aller plus loin. Le FreePhone serait alors considéré comme partie intégrante du réseau Free Mobile, tout comme la Freebox et dans ce cas, Free serait en mesure d’avoir la main sur l’ensemble de son réseau mobile jusqu’à l’abonné et pourrait dans ce cas proposer des services innovants.

Reste deux grands obstacles : le premier concerne la couverture du réseau de Free Mobile. Si l’idée est de maîtriser l’ensemble de son réseau jusqu’à l’abonné, on va se retrouver avec une sorte de dégroupage mobile et selon les zones géographiques, les services innovants pourraient ne pas être disponibles. Deuxième obstacle, comment convaincre un abonné ayant un smartphone de marque qu’il affectionne particulièrement ?

Si le FreePhone est réellement la surprise à venir, c’est un pari osé et très risqué… à moins que Free ait une nouvelle idée pour révolutionner la téléphonie mobile au point de faire changer ses abonnés de smartphone ! On demande à voir.

Mots clés : ,