C’est certainement l’une des conséquences de la décision du Tribunal de grande Instance de Paris qui a ordonné à Free de cesser certaines de ses pratiques, en particulier la mise en place de frais d’activation à perception différée, qui étaient dégressifs suivant l’ancienneté. La plainte avait été déposée par l’UFC Que Choisir.

Dans sa nouvelle brochure tarifaire, Free mettait donc fin à ce système et s’alignait sur ce que font les autres opérateurs, à savoir des frais de résiliation fixés à 49 euros (pour tous les forfaits). Seuls les abonnés qui auront validé les nouvelles conditions générales de vente et la nouvelle brochure tarifaire « bénéficieront » de cette nouvelle procédure.

Encore une fois, une association de consommateurs, sans même leur avoir demandé leur avis, a défendu et fait adopter une décision qui est loin d’être au bénéfice de tous les abonnés. Dans le système qui existait auparavant, les abonnés ne payaient en effet plus de frais de résiliation au bout de 2,5 années (excepté s’il a déménagé ou changé de box durant cette période).

Ce n’est donc plus le cas. Ce système n’avantagera donc que les abonnés qui restent moins d’un an et demi chez Free. Et même si Free aurait certainement pu faire autrement, c’est bien la décision de justice qui est à l’origine de ces modifications.

Espérons que l’annonce d’une nouvelle plainte d’UFC Que Choisir à l’encontre de Free Mobile ne vienne pas à nouveau porter un coup au consommateur, alors même que l’association est censée défendre les droits de celui-ci.

Article proposé par JayBay

Mots clés :