Free Mobile serait en cours de déploiement de faisceaux hertziens sur Montpellier pour ses bases 4G et dans les bandes 70 et 80 Ghz.

C’est le site lowcostmobile qui affirme avoir trouvé la stratégie de Free Mobile sur le déploiement rentable de son réseau mobile. L’opérateur a demandé des locations de fréquences 70 et 80 Ghz à l’ARCEP afin de permettre à des antennes relais de communiquer entre elles sans devoir y apporter la fibre optique ou dépendre de la location fibre de ses concurrents.

Ainsi, Free Mobile peut disposer d’un réseau mobile sans devoir payer un droit de passage à Orange , SFR ou Bouygues Telecom selon le cas de l’antenne relais concernée. Certaines antennes relais Free Mobile seraient déjà en fonctionnement sur ce principe de raccordement hertzien sur MontPellier et sur les sites déclarés 4G.

Pas de location de la boucle locale France Telecom

On retrouve bien ici la stratégie du dégroupage des lignes Freebox afin de ne pas payer un concurrent pour utiliser ses lignes. Sur le mobile, l’opérateur construit son propre réseau en y apportant la fibre optique afin d’assurer des débits concernant la 4G et la sollicitation des abonnés mais pour une question de coût et de rentabilité, le raccordement hertzien est bien moins coûteux et forcément plus rentable, tout en étant plus rapide à déployer. Que du bon en somme.

Ceci étant, ces liaisons seraient capricieuses avec le temps (pluie, neige, etc…) et ne seraient bien évidemment pas aussi fiable qu’une liaison en fibre optique en terme de débit assuré. Mais le faisceau hertzien permettrait tout de même d’apporter des débits jusqu’à 15 gigabit/s sur des distances courtes entre antennes relais. Voilà de quoi faire un maillage rapide et de qualité tout de même. Il faut retenir que plus la fréquence est haute, plus elle peut délivrer de débit mais plus la distance doit être courte. On retrouve là la différence entre les fréquences 4G 800 Mhz et 2.6 Ghz. Free Mobile a opté pour la licence 4G 2.6 Ghz car elle permet de délivrer des débits plus importants que la fréquence 800 Mhz. Par contre, il faut bien plus d’antennes relais pour couvrir le territoire.

D’après lowcostmobile, Free Mobile pourrait, avec ces fréquences, délivrer plusieurs gigabits sur des distances de 1 à 2 km entre les antennes relais. Il suffit donc de relier un seul site en fibre optique pour arroser les autres par voie hertziennes.

Preuve à l’appui de ces dires, le site Cartoradio montre une déclaration du 19 août dernier où l’on constate clairement l’utilisation des fréquences 70-80 Ghz :

fh-free-mobile-montpellier-cartoradio

fh-free-mobile-details-montpellier-cartoradio-07102013

L’ARCEP serait en mesure d’accepter que Free Mobile demande l’utilisation des fréquences 70 Ghz pour utilisation multiple et permettant une bande passante de 3 Gigabit/s : “des pas de 250Mhz et ses multiples qui permettent une bande passante de 3Gigabit/s au maxi, que l’on peut multiplier par 5 ; soit une canalisation de 1,25Ghz. En gros, chaque opérateur peut agréger des canaux de 250Mhz pour multiplier les débits en liaison aérienne sur des courtes distances.

Mots clés : ,