Alors que les licenciements chez SFR semblaient justifiés par l’arrivée de Free Mobile, les représentants des salariés ont été totalement surpris du  discours de la réunion de ce matin…

Des suppressions de poste pour une nouvelle organisation et non des soucis financiers

SFR a annoncé la suppression de 1123 postes pour 267 emplois créés et les syndicats digèrent mal la réunion de ce matin, tenue avec le PDG de SFR Stéphane Roussel :

«On s’attendait à un plan de cette ampleur, mais pas au discours qui l’a accompagné. Ce plan, c’est soi-disant pour nous rendre plus réactifs et plus agiles, nous a expliqué Stéphane Roussel, mais cela fait quasiment un an qu’on attend du management qu’il se bouge, face à l’arrivée de Free Mobile. C’est le monde à l’envers ! »

Les organisations syndicales soulignent la bonne santé financière de SFR et ne comprennent pas que, dans ce cadre, on décide de supprimer des emplois :

«Ces suppressions de postes sont d’autant moins justifiées que SFR reste une des entreprises les plus bénéficiaires du teritoire national.» «C’est une véritable atteinte au “vivre ensemble”, garanti par la Constitution».

Il se murmure que SFR souhaiterait se réorganiser en vue d’un rachat dont Xavier Niel ne serait pas désintéressé.

source : libération.fr