Alors qu’ Orange indiquait se désengager du dossier, l’opérateur n’exclue pas de revenir si un autre opérateur se charge d’une part d’acquisition.

On le sait depuis un moment, Free Mobile ne veut pas mettre plus de 5 milliards d’euros sur la table quand Bouygues en attend entre 8 et 9 milliards. De son côté, Orange n’a pas souhaité continuer car il aurait souhaité que Free Mobile reprenne d’une part le réseau mobile et une partie des fréquences mais aussi des salariés et c’est sur ce point que l’affaire aurait capoté.

Orange semble pourtant pousser Free à sa saisir du dossier et y trouverait un intérêt. Quel est-il ? Éliminer un concurrent ? Soulager son réseau mobile de l’itinérance afin de passer une partie de sa 4G en fréquences 1800 Mhz ? En effet, sur ce dernier point, Orange est bloqué par le contrat d’itinérance 2G, n’ayant pas assez de spectre pour proposer à la fois un signal 2G et 4G sur cette bande de fréquences.

Bref, Free Mobile a de quoi supprimer le 3ème opérateur mobile en France et peut récupérer un réseau mobile national. L’opérateur semble toutefois préférer attendre que Bouygues soit véritablement contraint de vendre et ce, à prix réduit. iliad ne compte pas se payer un opérateur au prix de plusieurs réseaux mobiles. Le dernier entrant préfère prendre son temps et maîtriser ses coûts de déploiement.

Au jour d’aujourd’hui, acheter Bouygues Telecom coûte plus cher que construire l’intégralité de son réseau mobile. Free Mobile n’est donc pas intéressé par ce calcul désavantageux.