Free Mobile a récemment obtenu 7 autorisations supplémentaires afin de diffuser un signal 4G sur ses antennes relais.

Free Mobile dispose donc aujourd’hui de 578 autorisations délivrées par l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences) afin d’émettre un signal 4G sur le territoire Français. Si l’opérateur est rapidement passé de 14 autorisations à plus de 500, on constate un ralentissement en mai selon les statistiques d’antennesmobiles.

Que faut-il en conclure ? Y a-t-il eu une demande massive au même instant afin de rassurer les investisseurs ? Est-ce pour mettre la pression sur ses concurrents et montrer la capacité de Free Mobile à être présent dans plusieurs grandes villes de France ? Difficile d’y voir clair avec une accélération soudaine et le retour à un calme presque plat.

Toujours est-il que dans l’état actuel de la couverture 4G de Free Mobile, il est encore trop tôt pour imaginer un lancement commercial de l’offre, Xavier Niel ayant indiqué qu’il souhaitait que Free Mobile lance son réseau 4G pour ses abonnés quand la couverture sera réellement intéressante et ce, afin de ne pas ressembler à ses concurrents qui se sont empressés de lancer la 4G avec une couverture nationale très peu déployée.

Du côté de la 3G, les choses semblent également avancer doucement… très doucement, ce qui est plus préoccupant. Free Mobile dispose actuellement de 2491 autorisations 3G quand l’opérateur voulait atteindre le chiffre de 2500 à fin 2012. Sachant que nous sommes en fin de mois de mai, il va falloir donner un coup d’accélérateur au niveau du déploiement pour rattraper les objectifs d’iliad. Les diverses oppositions des riverains et les accords avec les Mairies ne sont pas une partie de plaisir et la tâche est complexe.

Quant à la situation sur Paris, on ne sait pas vraiment quand Free Mobile va massivement déployer ses antennes relais alors que le blocage de la Mairie semble pourtant être de l’histoire ancienne. Ce sont plus de 200 points hauts qui devraient être accessibles à l’opérateur. Qu’en est-il réellement ?

Mots clés : ,