Free dévoilera sa prochaine Freebox à la rentrée et celle-ci devrait intégrer un nouveau processeur ainsi qu’un chipset de nouvelle génération.

Processeur de la Freebox 2016

On la nommera ainsi car pour le moment, bien malin est celui qui peut connaître son nom. La Freebox Révolution embarque un processeur Intel ATOM CE4100 à 1,2 GHz pour la partie Player et ARM9 à 1,2 GHz pour la partie Server. Concernant la Freebox Mini 4K, Processeur ARM Brahma15, dont les 2 cœurs fonctionnent à 1,5 GHz.

puce_3g_freebox_server

Processeur Intel ATOM

La prochaine Freebox pourrait donc embarquer une architecture à quatre cœurs Intel ATOM C2550 à 2.4 Ghz ou même C2750 à 9 cœurs et à 2.4 Ghz.

Ce type de processeur pour un boitier faisant office de serveur apporte plusieurs spécificités bienvenues :les capacités de technologie de virtualisation et Virtual Boost permettent en effet d’exécuter plusieurs systèmes d’exploitation en même temps. Free semble vouloir conserver un système d’exploitation propriétaire et il s’agira certainement toujours de Freebox OS. Mais dans le même temps, le FAI pourrait proposer Android TV introduit avec la Freebox Mini 4K de manière à choisir son système d’exploitation ou faire cohabiter les deux en passant de l’un à l’autre à tout moment selon que l’on souhaite bénéficier d’applications ou de fonctionnalités propres à la nouvelle Freebox et non intégrées dans le système android.

Moins de consommation énergétique

Par ailleurs, les processeurs série C gravés en 22 nm consomment très peu d’énergie et chauffent beaucoup moins, ce qui pourrait permettre d’obtenir un boitier totalement silencieux et qui ne monte pas en chaleur. Ils sont 6 fois plus performants que la génération précédente.

Chiffrement sécurisé des données

Free propose un NAS avec accès à ses données via Internet. Ces processeurs permettent la prise en charge de chiffrement avancé AES-NI (Advanced Encryption Standard New Instructions) afin de chiffrer et déchiffrer très rapidement les données de façon sécurisée.

Ceci étant, avec la Freebox Mini 4K, l’architecture choisie par Free pour sa Box a changé et on pourrait avoir droit à un autre type de processeur.

Chipset de la Freebox 2016

Dans la Freebox mini 4K, Free a opté pour le Chipset Broadcom BCM7252 comprenant un processeur dual-core Brahma15 10.5K DMIPS CPU dont les 2 cœurs 32 bits fonctionnent à 1,5 GHz et un GPU 3D OGLESS3.1.

freebox_4k_mini_soc

La Freebox 2016 pourrait donc opter pour le chipset Broadcom BCM7435 gravé en 40 nm qui permet aux opérateurs de fournir en toute sécurité un contenu de diffusion de qualité premium en convergence avec le contenu et les services Web à plusieurs écrans dans la maison connectée. Le chipset de la Freebox mini 4K est limité à 2 flux simultanés.

Le BCM7435 de Broadcom avec transcodage affiche le contenu de diffusion vidéo en continu simultanément à plusieurs appareils, tout en soutenant simultanément des applications Web sécurisées. Cela permet aux opérateurs d’offrir de nouveaux services basés sur le Web tout en protégeant le contenu de diffusion à haute valeur ajoutée.

Par ailleurs, cette puce permet d’obtenir des rendus 3D très riches tant au niveau de l’interface d’une box ou de la diffusion de contenu 3D et assure un rendu de jeux vidéo détaillé, le tout en 4K.

Un autre chipset pourrait ne pas changer concernant le Wi-Fi et le Bluetooth. En effet, l’actuel BCM43570 de la Freebox Mini 4K propose du Wi-Fi AC et le Bluetooth 4.1.

Une puce dédiée à la domotique ?

C’est là toute la question autour de la grande nouveauté qui sera apportée par la Freebox 2016. Free devrait miser sur l’utilisation de la domotique dans la maison en transformant sa Freebox en centre de gestion domotique comme peuvent le proposer les Box Somfy par exemple. Ainsi, il serait possible d’appairer sa Freebox avec les ampoules Philips Hue pour contrôler l’éclairage de la maison et mettre en place des scénarios selon l’heure de la journée.

Un système de diffusion audio dans la maison serait aussi de la partie avec une gestion de plusieurs hauts-parleurs sans fil placés dans différentes pièces. Il est probable que ce genre d’utilisation soit basé sur une connexion sans fil Bluetooth. Il faudra donc être équipé en conséquence.

Free devra de toute évidence se démarquer des Box de la concurrence et pas simplement par plus de puissance. Il faudra également apporter de nouveaux services utiles et en totale nouveauté pour redonner à la Freebox un intérêt marquant et séduisant par rapport à ce que propose la concurrence. Tel est le défi et le pari que s’est donnée iliad qui travaille sur cette Box depuis 2010, soit 6 ans de développement ! Nous ne devrions pas être déçus.

Mots clés :