Il n’y a pas qu’en France que le marché de la téléphonie mobile a été bousculé par l’arrivée d’un opérateur. En Pologne, l’opérateur Play est particulièrement agressif.

L’opérateur Polonais Play est arrivée en 2007 et propose des tarifs difficiles à répliquer par la concurrence. Orange , qui contrôle le premier opérateur Polonais Telekomunikacja Polska S.A, annonce des départs dans son personnel : 1700 personnes.

Play est un véritable Free Mobile à la polonaise pour Orange : l’opérateur propose des forfaits mobiles à bas prix et de ce fait, augmente son parc d’abonné de manière critique pour ses concurrents. Il faut dire que pour un peu plus de 2 euros, Play propose un forfait mobile de 200 minutes de communication avec SMS et MMS illimités. Même si contrairement à Free Mobile, il faut s’engager sur 12 mois, l’offre est très séduisante par rapport aux autres opérateurs mobiles Polonais.

Rajouter 5 euros et vous avez 1 Go de data pour l’accès Internet mobile. Enfin, pour environ 23.6 euros par mois, Play propose appels, SMS, MMS illimités et 2.5 Go de data. Les offres sont donc quasiment les mêmes que chez nous avec Free Mobile.

De ce fait, Orange Pologne en prend plein la tête et son chiffre d’affaire sur les 3 derniers mois de l’année 2012 à reculé de 6.4%. Niveau bénéfice, c’est une claque : il a baissé de 55.4% en 2012 et même 85.8% sur les 3 derniers mois… ouch ! Du coup, elle veut se séparer de 1700 personnes sur son effectif global et veut fusionner les activités fixes et mobiles afin de gagner en puissance.

S’en suit alors une chute en bourse… et un communiqué de la part d’ Orange afin de rassurer les investisseurs :

« Le Groupe précise que les annonces de sa filiale polonaise, TP SA, intervenues ce matin, n’ont pas d’incidence sur les perspectives communiquées aux investisseurs pour ses exercices 2012 et 2013, en particulier les engagements pris en matière de rémunération des actionnaires, le 25 octobre dernier. »

La recette de Free Mobile et de Play peut donc s’adapter dans d’autres pays… comme avec Golan Telecom en Israël par exemple (dont iliad est actionnaire)

source

Mots clés : ,