Quand on a des millions d’abonnés dont la gestion est confiée en grande partie par l’informatique, il peut arriver des situations grotesques. Free Mobile en a fait les frais en relançant un abonné décédé pour impayé…

Pendant deux mois, Free Mobile a relancé avec insistance un de ses abonnés. Suite au rejet du prélèvement à la banque (ses proches avaient fait le nécessaire suite au décès), des courriers de relance lui ont été adressé avec menace de suspendre sa ligne.

La compagne du défunt ne s’est pas alarmée : “Je pensais qu’ils allaient réaliser leur erreur et rectifier le tir”. Pour elle, la banque aurait certainement informé l’opérateur de la situation et tout allait rentrer dans l’ordre. L’avis de décès destiné à la banque n’aurait-il finalement pas été communiqué à Free Mobile ?

Probablement pas… Free Mobile continue alors de relancer l’abonné décédé et informe de l’augmentation de la somme due. N’ayant évidemment aucune réponse, l’opérateur fait appel à une société de recouvrement, le menaçant de l’envoyer au tribunal.

L’histoire ne dit pas comment elle s’est terminée mais Free Mobile reconnaîtra volontiers cette erreur de procédure et adressera certainement toutes ses excuses à la compagne de cet ex-abonné Free Mobile, malgré lui !

Cette histoire pose plus largement la question de la gestion des données d’une personne sur Internet et l’informatique en général. Comment maîtriser les différents comptes d’une personne décédée et parvenir à les faire fermer quand on n’a pas forcément connaissance de ces comptes ni des mots de passe associés ?

source

Mots clés : ,