Le ministre Arnaud Montebourg dit avoir donné son avis à Martin Bouygues. Il conseille une fusion avec un autre opérateur mobile.

Alors bien entendu, cette annonce de faire disparaître près de 2000 postes suite à l’échec de rachat de SFR par Bouygues Telecom attire les politiques. Arnaud Montebourg réagit donc aujourd’hui suite à un entretien avec Martin Bouygues hier.

Pour le ministre, Bouygues Telecom doit fusionner avec un autre opérateur mais il se garde bien de donner son avis sur l’opérateur en question. Tous les regards se portent vers Free Mobile. On sait que Xavier Niel et Martin Bouygues s’entendent mieux depuis un certain temps, depuis que Bouygues Telecom avait trouvé un accord avec iliad afin de lui vendre l’intégralité de son réseau mobile en cas de rachat de SFR .

Depuis, rien ne va plus. Bouygues Telecom semble vouloir quitter l’accord de mutualisation avec SFR , estimant que la donne a changé avec le rachat de Numericable. Il faut dire que dans le fixe, Bouygues Telecom est très dépendant de Numericable maintenant et que si Bouygues Telecom a joué la guerre des prix avec Free Mobile, plus que tout autre opérateur, il en paye aujourd’hui les conséquences selon un autre opérateur du marché qui garde l’anonymat : « pour contrer Free, Bouygues Télécom est, parmi les trois opérateurs historiques, celui qui est allé le plus loin dans la stratégie du low cost. Le problème c’est que le modèle économique est encore celui d’un opérateur classique. C’est difficilement tenable en l’espèce. »

Montebourg aurait déclaré que “Il est parfaitement possible aujourd’hui à deux opérateurs de fusionner et Martin Bouygues est parfaitement en mesure d’imaginer des solutions avec d’autres que SFR . Je l’y invite, il le sait, je lui ai dit.” 

Reste à savoir si Bouygues Telecom compte se séparer d’une partie de son effectif pour poursuivre l’aventure dans le mobile avec une meilleure marge ou s’il s’agit de rendre l’opérateur plus attrayant au rachat par un autre. Dans tous les cas, Xavier Niel veut rester l’actionnaire majoritaire, quel que soit le nouvel ensemble…

Alors, réduire les coûts pour se battre ou pour déposer les armes ?

source : Les Echos