Visiblement, depuis le lancement de Free Mobile, les autres opérateurs mobiles ne cessent de chercher la faille qui leur permettrait de mettre à genoux le trublion du mobile. Jusqu’où iront-ils ? On apprend par Les Echos que l’opérateur qui a envoyé les huissiers est SFR et que ce dernier demande à l’ARCEP de prendre en compte des mesures réalisées dans…5 villes. Selon SFR , la couverture de la population ne serait pas de 27%. Vient s’ajouter l’Union syndicale des Télécoms qui demande la suspension de l’itinérance avec Orange !

Les opérateurs mobiles historiques pourront dire ce qu’ils veulent, Free Mobile est un véritable opérateur dont ils ont peur.

S’ils déclarent tous être rassurés et affirment que tout va bien, tout est bon pour empêcher Free Mobile de continuer à être opérateur mobile.

Dernière attaque en date et qui prend de l’ampleur, le taux de couverture de la population par Free Mobile !

L’ARCEP est critiqué sur sa manière de contrôler le réseau Free Mobile et c’est donc SFR qui a missionné des huissiers pour réaliser des contrôles dans 5 villes Françaises. Ce contrôle ne peut pas vérifier un taux de couverture de 27% de la population en se basant uniquement sur 5 villes dont Paris qui ne bénéficie pas d’une grande couverture Free Mobile dont Free ne s’est jamais caché.

Mais la démarche va encore plus loin que SFR avec l’Union syndicale des Télécoms qui exprime tout haut sur ce que sous-entend tout bas SFR :

« Par ce courrier, nous vous précisions que des éléments convergents portent à croire que, depuis le lancement de ses services, FREE MOBILE a ouvert un réseau qui n’est en réalité pas dimensionné pour assurer une couverture de 25 % de la population en phase commerciale. Nous disposons d’éléments concrets et demandons donc à être entendus par l’ARCEP, accompagnés par notre cabinet d’avocats YGMA, dans le cadre de l’enquête qu’elle entend diligenter. »

L’idée est d’imposer à Orange de ne plus fournir d’itinérance à Free Mobile :

« dans la mesure où les résultats des contrôles de l’ARCEP révéleraient un taux de couverture inférieur à 25 % de la population, l’ARCEP serait donc tenue, dans le cadre de sa mission de contrôle du respect de la réglementation en vigueur, d’enjoindre à ORANGE de suspendre le contrat d’itinérance conclu avec FREE MOBILE »

Les opérateurs mobiles affirment que Free Mobile allume ses antennes uniquement lors d’un contrôle mais que cela ne suffirait pas. Selon eux, il faut également vérifier qu’il est possible de passer des appels via ces antennes. Un signal ne suffirait pas à valider une couverture.

Argument étonnant également, Free Mobile préférerait passer par le réseau Orange car ses installations ne seraient actuellement pas rentables ni dimensionnées pour assurer le service de téléphonie mobile.

C’est pourtant dans l’intérêt de Free Mobile de se passer le plus rapidement possible du réseau Orange , car c’est le seul moyen d’exister en tant qu’opérateur indépendant à long terme.

Quelle sera la prochaine attaque ?

Source : Silicon.fr

[adfever type=”top-category” value=”115″]