Edouard Barreiro, le directeur d’études chez UFC Que Choisir, s’oppose au retour de la hotline payante et estime non seulement cette mesure inefficace mais dénonce aussi une conséquence directe sur le pouvoir d’achat avec un service dégradé par des temps d’attente qui valent de l’or.  

Hotline payante : le jackpot des opérateurs

Si la hotline était auparavant facturée 0.34 c/minute, un rapport présenté à Arnaud Montebourg préconise un coût de 0.60c/minute afin de créer 12000 emplois en France.

Le temps d’attente serait également payant, ce qui ne motivera certainement pas les opérateurs à faire en sorte que la hotline réponde rapidement : plus le temps d’attente est long, plus cela rapportera.

Avec la hotline gratuite, les opérateurs se battent pour un temps d’attente très court et une efficacité qui, non seulement est un argument commercial mais également une manière de traiter plus de clients en un temps court. Tout ceci risque bien de disparaître avec une dégradation de service à la clé.

Edouard Barreiro rappelle que les hotlines avaient quitté la France avant d’être gratuites et que donc, le retour du paiement n’apporte aucune garantie de création d’emplois. Il y a là un vrai chantage de la part des opérateurs qui usent de la création d’emploi pour améliorer leurs marges et faire payer le consommateur.

On préférera se tourner vers les assistances en ligne telles que les forums et les chats : on assistera à l’explosion des communautés où les consommateurs s’entraident.

Enfin, Edouard Barreiro tacle le gouvernement en soulignant que ces emplois  sont à très bas salaires et sans qualifications :

N’oublions pas non plus que les emplois dont on parle sont des emplois à très bas salaires, sans qualifications… Nous attendons mieux d’un gouvernement qui veut favoriser l’emploi !

L’argument des investissements en baisse depuis l’arrivée de Free Mobile

Et pourtant, avec le réseau 4G, les opérateurs investissent énormément !

on nous dit que les opérateurs freinent leurs investissements depuis l’arrivée de Free. Si c’est le cas, cela ne les empêche pas d’investir dans leurs réseaux. En effet, pour reprendre la main, ils mettent à jour les réseaux 3G et déploient plus vite que prévu les nouveaux réseaux 4G.

N’est ce pas sur ce terrain qu’il faut imaginer la création d’emplois ?

Or, tout cela, c’est de l’infrastructure. Et qui sont les leaders dans le domaine ? Il y a certes des Européens, qui ne sont pas Français, mais aussi et surtout des Chinois et des Américains. Or, si nous avions des acteurs français forts dans le domaine, ils auraient profité de ce regain de concurrence et auraient justement créé de l’emploi !

Il faut que le gouvernement prenne les bonnes décisions et ne plie pas au chantage des opérateurs qui à pour but de faire payer le consommateur et ce, sans réelle garanties pour l’emploi.

source

Mots clés : ,