Selon Jean-Ludovic Silicani, le président de l’ARCEP, Free Mobile et Orange , dans leur contrat d’itinérance, n’auraient pas assez pris en compte l’utilisation de téléphones mobiles non compatibles 3G. En effet, le réseau Free Mobile, s’il est déjà prêt pour la 4G, n’émet aujourd’hui qu’un signal 3G. Le forfait Free Mobile à 2 euros aurait séduit un grand nombre d’abonnés qui n’ont pas besoin d’un accès Internet et qui pour la majorité utiliseraient donc un téléphone mobile non 3G. Ces abonnés passent alors fatalement par le réseau Orange .

Si Free Mobile a su frapper fort avec son offre mobile illimitée pour 19.99€ par mois, c’est en annonçant un forfait inattendu d’une heure et 60 SMS à 2 euros par mois qu’il a touché un grand nombre d’utilisateurs mobiles n’ayant pas besoin de grosses consommations ni d’accès Internet. On pense notamment aux utilisateurs d’offres prépayées qui ont vu en ce forfait des économies certaines, surtout s’ils sont déjà abonnés Freebox vu que ce forfait ne leur revient alors à rien !

Mais ce même public qui n’a pas besoin d’un téléphone avec Internet est un public qui ne court pas après les téléphones mobiles récents qui sont quasiment tous compatibles 3G.

Et c’est là que les choses se compliquent…

Les offres à 2 euros de Free Mobile conduiraient les consommateurs à ressortir d’anciens téléphones utilisant le réseau 2G” selon Jean-Ludovic Silicani.

Quoi de mieux que de ressortir ses vieux téléphones mobiles qui traînent au fond d’un tiroir ? Ils sont tout à fait adaptés au forfait à 2 euros… sauf qu’ils ne peuvent pas utiliser le réseau Free Mobile !

Jean-Ludovic Silicani le souligne en indiquant que  “aujourd’hui, près de la moitié des appels de Free Mobile sont en 2G, mais comme il ne dispose pas d’un tel réseau, ses clients utilisent celui d’ Orange “.

Conséquences : même en zone de couverture du réseau Free Mobile, un nombre assez (trop visiblement) important d’abonnés Free Mobile passe par l’itinérance et engorge les liaisons entre le réseau Orange et le réseau Free Mobile.

Les opérateurs n’avaient à priori pas prévu ce cas de figure dans leur accord d’itinérance.

Dans ces conditions, Jean-Ludovic Silicani souhaite que Orange et Free Mobile puissent “s’entendre pour réaménager le contrat d’itinérance“.

Les opérateurs se sont déjà rencontré après une première panne importante mais si l’on ne sait pas ce qui a été retenu, on constate que la situation n’a pas été totalement résolue. Le président de l’ARCEP rappelle alors que “S’ils ne parviennent pas à se mettre d’accord, ils peuvent nous saisir et nous trancherons”.

Et l’on souhaite pour Free Mobile qu’une solution pointe rapidement le bout de son nez afin de calmer le mécontentement des abonnés qui subissent des impossibilités d’effectuer des appels en fin de journée.

Orange , de son côté, menace de rompre l’accord d’itinérance si Free Mobile ne fait rien de son côté pour éviter de provoquer des pannes.

source : latribune.fr

[adfever type=”product” value=”20522541″]