L’Europe prend du retard sur le déploiement de la 4G et la plupart des Etats membres sont loin d’être prêts !

On peut pester contre les opérateurs mobiles Français quant au déploiement de leurs réseaux mobiles 4G mais force est de constater que la France n’est pas en retard sur la plupart des pays d’Europe. La Commission Européenne a même accepté de reculer la date butoir permettant l’attribution de fréquences 800 Mhz dans la moitié des pays d’Europe, faute d’être prêts à déployer le réseau.

Ainsi, 9 Etats membres sur les 14 retardataires se sont vus accorder un report de cette mise à disposition 800 Mhz, même si la Commission Européenne à du mal à cacher sa réticence. On parle maintenant de mi 2014 à 2017 pour l’Espagne, Chypre, la Lituanie, la Hongrie, Malte, l’Autriche, la Pologne, la Roumanie et la Finlande. Autant dire qu’il y a encore du chemin avant que ces réseaux 4G sur la bande 800 Mhz couvre l’ensemble de l’Europe.

Pire, la Slovaquie et la Slovénie n’ont pas obtenu de délai supplémentaire par la Commission Européenne. Cette dernière a estimé que ces 2 pays n’ont pas pu démontrer de “circonstances exceptionnelles” justifiant un retard à la procédure d’attribution. Quant à la Belgique et l’Estonie, ils n’ont pas demandé de dérogation à temps ! On a même la Bulgarie qui veut garder ses fréquences 800 Mhz pour la sécurité publique et la défense.

La Commission Européenne explique par ailleurs que “L’une des conséquences du retard pris par les État membres est que le téléphone, objet considéré comme essentiel par les citoyens, ne peut être pleinement opérationnel en Europe: les États membres n’étant pas assez nombreux à avoir délivré les licences d’utilisation des mêmes bandes de fréquences dans les délais, certains fabricants de téléphones ont décidé de ne pas inclure dans leurs produits les puces à radiofréquences nécessaires pour se connecter en Europe“.

Et bien entendu, les pays retardataires auront droit à des sanctions !

On peut le dire : quel beau bordel ! Relativisons sur le déploiement 4G Free Mobile et l’attente de son lancement.

source

Mots clés : ,