Nous avons tous le réflexe de brancher notre smartphone lorsque nous allons nous coucher pour obtenir une recharge de 100% au réveil. Mauvaise idée…

Saviez-vous que la batterie de votre smartphone se recharge en moyenne complètement en 2 heures ? Et saviez-vous que votre adaptateur secteur, branché toute la nuit à raison de 6 à 10 heures, continue à consommer de l’énergie même lorsque le smartphone est totalement rechargé ?

Quelles conséquences ?

Vous allez donc consommer beaucoup plus d’électricité qu’il n’en faut pour recharger votre smartphone. Et comme vous procédez de la sorte tous les soirs, votre facture d’électricité en subit les conséquences. Mais à l’échelle du nombre d’utilisateurs qui procèdent ainsi, l’impact est encore plus préoccupant.

En effet, selon l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Énergie), l’informatique compte pour 14% du montant des factures en moyenne et « On ne s’en rend généralement pas compte, mais presque tous les appareils électriques continuent à consommer de l’électricité tant qu’ils restent branchés à la prise, car un courant résiduel circule toujours. Et cela, même si vous appuyez sur le bouton « arrêt ». C’est ce qu’on appelle les veilles cachées »

L’impact majeur prend son ampleur lorsque l’on apprend que pour la France, ces habitudes ont pour conséquences de faire tourner pas moins de deux centrales nucléaires à plein régime uniquement parce que l’on recharge son smartphone toute la nuit. Et oui, il faut deux centrales rien que pour produire l’énergie utilisée dans ce cadre. Économiquement parlant, cela représente aussi 2 milliards d’euros par an de consommation énergétique nucléaire inutile.

centrale-nuclaire-cout

Ça fait réfléchir…

Source

Mots clés :