La rumeur devient officielle. Lors du Mobile World Congress, Google a fait part de sa volonté de devenir opérateur mobile.

Alors que le géant Internet est déjà bien présent dans le monde de la téléphonie mobile avec son OS android, il souhaite désormais devenir opérateur mobile. Ce n’est pas sans rappeler Apple qui y réfléchissait un temps mais qui semble avoir abandonné le projet.

De son côté, Google compte proposer une offre dans les prochains mois. Cela reste très vague mais la première offre de téléphonie mobile de Google pourrait se concrétiser cette année. Il ne déploierait pas son propre réseau mobile, du moins, pas pour l’instant. L’idée est de devenir un opérateur mobile virtuel, à savoir utiliser les réseaux mobiles existants des opérateurs mobiles déjà en place.

Google aurait déjà des discussions avancées avec T-Mobile et Sprint aux Etats-Unis afin de louer leurs réseaux mobiles. Il n’y a actuellement pas d’ambition mondiale. Il semblerait que Google veuille proposer des innovations importantes selon ses termes et ce, à petite échelle. Cela ressemble à un laboratoire de test avant un éventuel déploiement plus important.

Afin de prendre une place plus importante dans le marché de la téléphonie mobile avec ses smartphones Nexus, Google pourrait proposer des forfaits mobiles avec des prix intéressants sur l’accès au Nexus via un système bien connu, la subvention. Mais plus intéressant encore, Google a quelques idées derrière la tête en terme d’innovation dans la téléphonie mobile et cherche à maîtriser ce réseau de bout en bout afin de concrétiser ses technologies.

Les opérateurs mobiles américains sont bien entendus sur leurs gardes. Le modèle économique de Google est la publicité. Le géant américain pourrait proposer des forfaits mobiles très peu chers, financés en partie par exemple par l’affichage de ses publicités lorsque les utilisateurs surfent sur le réseau mobile.

Nous aurons l’occasion de regarder ce qui se passe alors aux Etats-Unis avant d’éventuellement voir Google débarquer en Europe.

Mots clés :