Il n’y a pas que SFR qui fait du chantage à l’emploi face à la possible reconversion des fréquences 1800 Mhz en 4G pour Bouygues Telecom. Free s’y met aussi !

Free Mobile pourrait disposer, si Bouygues Telecom obtient l’autorisation, de fréquences 1800 Mhz pour son réseau 4G. Et pourtant, l’opérateur prévient, tout comme SFR , que cette autorisation pourrait détruire 2500 emplois chez Free.

Le groupe de Xavier Niel qui avait déjà donné son avis sur la question en demandant de repousser cette possibilité en 2015 ne semble donc visiblement pas du tout intéressé par la possibilité de récupérer une partie de la bande de fréquences 4G en 1800 Mhz. Free aurait écrit à l’ARCEP pour lui annoncer ces pertes potentielles d’emploi. Pourtant, son réseau mobile permet une telle utilisation…

Qu’est ce qui pousse Free Mobile à ne pas sauter sur l’occasion de récupérer des fréquences 4G, au passage meilleures que la bande 2600 Mhz dont il dispose ? Ne serait-ce pas uniquement pour mettre Bouygues Telecom dans une situation délicate ?

En s’opposant à l’avantage potentiel de Bouygues Telecom, les opérateurs espèrent retarder celui-ci dans le déploiement de son réseau 4G et ainsi prendre de l’avance. Free pourrait ainsi opter pour la même stratégie, même s’il faut y laisser une opportunité de récupérer des fréquences.

De toute façon, Bouygues Telecom finira bien par obtenir gain de cause car la Commission Européenne souhaite que les fréquences puissent servir à n’importe quelle technologie. D’ailleurs, Neelie Kroes, la commissaire européenne à la société de l’information, aurait précisé par écrit à Martin Bouygues en décembre 2012 que ses services « ne manqueront pas de signaler aux autorités françaises le soutien de la Commission à la réutilisation de la bande 1.800 Mhz en cas de non-respect du droit de l’Union Européenne ».

Si l’on attend une décision du Gouvernement et de l’ARCEP dans les jours à venir sur ce dossier, il est clair que Bouygues Telecom fera valoir ses droits auprès de la Commission Européenne.

source