Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, estime que Free Mobile est responsable des difficultés rencontrées par l’équipementier Alcatel-Lucent. Vraiment ?

Alors qu’Arnaud Montebourg déclarait sur son compte twitter que Free Mobile avait fait plus pour le pouvoir d’achat que Nicolas Sarkozy en 5 ans, le ministre qui semble avoir depuis retourné sa veste continue de citer Free Mobile comme le responsable du plan de restructuration d’Alcatel-Lucent prévoyant une suppression d’emplois. Pour lui, c’est l’arrivée du quatrième opérateur voulu par le gouvernement précédent qui accentue la situation de l’équipementier.

Face à ZTE et Huawei, Alcatel-Lucent souffre du recul des investissements des opérateurs télécoms. Pourtant, les concurrents de Free Mobile n’ont pas attendu l’arrivée de l’opérateur pour s’équiper chez les fournisseurs ZTE et Huawei qui proposent des prix plus bas.

Le ministre a déclaré : “Dans la téléphonie, nos prédécesseurs nous ont laissé un capharnaüm […] On a déstabilisé les opérateurs en place et placé Alcatel dans une situation de grande difficulté pour mettre en selle Huaweï et ZTE dans les systèmes de télécommunications européens,[…] La course au low cost avec l’arrivée de Free a eu des conséquences sur les opérateurs, sur la sous-traitance, sur les fournisseurs. Et la situation d’Alcatel s’est aggravée : -40% en un an en France

Rappelons au ministre que Free Mobile est le seul opérateur Français à s’équiper chez des fournisseurs Européens tels Nokia Siemens Networks et… Alcatel-Lucent ! Si les autres opérateurs mobiles ont décidé de s’équiper auprès de constructeurs chinois, on se demande bien qui est responsable de la situation d’Alcatel-Lucent !

Si Free Mobile n’existait pas, la situation serait-elle vraiment différente ? Ne faut-il pas au contraire désigner les opérateurs qui ont fait le choix de préférer les antennes des constructeurs chinois ? En fait, la situation aurait pu être pire car, sans nouvel opérateur, les concurrents n’auraient peut-être pas décidé d’accélérer le déploiement de leur réseau 4G en France et donc, auraient probablement moins investi…

source : reuters

Mots clés :