Xavier Niel admet que Free Mobile souffre encore de problèmes de saturation à certains endroits. Si de nouvelles capacités réseau ont été commandées à Orange , Free Mobile refuserait de les payer…

rue89C’est Rue89 qui affirme avoir enquêté sur les problèmes de débit que rencontre Free Mobile. Le journaliste aurait réussi à interroger un responsable d’ Orange qui souhaite rester anonyme.

Ce dernier lui aurait rapporté que le nécessaire pour résoudre les problèmes de saturation réseau aurait bien été fourni par Orange mais que Free Mobile aurait refusé de payer la solution. Conséquences, Orange ne délivre pas le service non honoré.

Pour Rue89, Free Mobile ferait le pari que “les départs vers la concurrence seraient malgré tout limités”. L’opérateur, pleinement conscient du problème, préférerait donc miser sur la fidélité de ses abonnés tout en appliquant un bridage sur certains usages du réseau 3G.

Le bridage permettrait d’une part donc de réduire l’engorgement du réseau et de l’autre, de ne pas payer Orange plus que ce que cela coûte à Free Mobile actuellement.

On s’interroge alors sur le modèle économique de Free Mobile. Si cette enquête dit vrai, Free Mobile ferait le choix de ne pas payer plus cher Orange pour obtenir un service parfait. L’opérateur n’a-t-il finalement pas les moyens financiers de fournir une itinérance Orange égale aux capacités des abonnés Orange ?

L’auteur de l’article a réalisé des tests sur une antenne relais Free Mobile : le débit est excellent et il n’y a aucun bridage. C’est donc bien sur l’itinérance qu’un réel problème impacte les abonnés Free Mobile.

Face à cette enquête, le journaliste n’a pas réussi à contacter Free Mobile. Enfin si, il a réussi à obtenir le numéro d’un des dirigeants qui, agacé par les questions, lui aurait raccroché au nez. Il a également fourni une liste de questions à Angélique Berge, la directrice de la relation abonnés chez Free, qui lui a assuré transmettre celles-ci au service presse :

  • « Quelles sont les zones que Xavier Niel qualifie de “certains endroits” dans son interview du 13 octobre ?
  • De quelle nature sont les problèmes de data qu’il évoque ? Quelles en sont les causes techniques ?
  • Pouvez-vous bien expliquer pourquoi il s’agit souvent d’un problème d’“upload” ?
  • Par ailleurs, le débit des clients de Free mobile peut-il être bridé par Free de façon sélective (téléchargements multimédia, accès à YouTube, aux Appstores et autres Google Play, etc.) afin de limiter l’engorgement des interfaces d’itinérance, et/ou pour réduire la facture de ladite itinérance ?
  • Quelle somme demande Orange pour mettre à la disposition de Free les infrastructures permettant de diminuer l’engorgement des liaisons data de Free dédiés à l’itinérance ?
  • Comptez-vous payer cette somme et, si oui, dans quels délais ?
  • Quelle est la proportion des abonnés à Free mobile qui habitent en région parisienne, par rapport à votre nombre total de clients ?
  • Où en est le développement du réseau propre à Free mobile depuis les dernières vérifications de l’Arcep ? Plus précisément, quel est le pourcentage de la population effectivement couvert, non seulement pour ce qui concerne l’étendue géographique du réseau, mais aussi sa capacité à absorber le trafic dans les zones densément peuplées ? »

Le journaliste précise qu’il aime Free Mobile et qu’il fait partie des fans mais que vu la situation, il souhaite que tout ceci s’améliore rapidement car il aimerait bien “rester chez Free Mobile“.

source : Rue89