Maxime Lombardini, le directeur général Iliad Free, vient de répondre dans un colloque organisé par l’ARCEP qu’on ne changeait pas d’équipement en cours de route…

Alors qu’Arnaud Montebourg demande aux opérateurs mobiles Français de montrer un acte patriotique en choisissant de s’équiper Alcatel-Lucent pour leurs réseaux mobiles et ce, afin d’aider le constructeur européen, Free Mobile a choisi d’entrée de jeu Nokia-Siemens et rappelle qu’il est le seul opérateur à ne pas avoir choisi d’équipementier Chinois tel que Huawei.

Maxime Lombardini estime que le Gouvernement n’a pas de connaissance en réseau pour imaginer qu’on puisse changer en cours de route de matériel pour l’architecture réseau et que Free n’a donc visiblement pas l’intention de répondre par la favorable, d’autant plus que l’actuel patron d’Alcatel-Lucent a tiré à boulets rouges sur l’entrée sur le marché du quatrième opérateur avant même de devenir patron d’Alcatel-Lucent. De ce fait, Maxime Lombardini se voit mal confier des contrats à un patron qui véhicule une mauvaise image de Free Mobile.

Ça semble clair : Free Mobile a déjà respecté ce que souhaitait l’ancien Gouvernement et l’actuel en choisissant un équipementier Européen et ne compte pas changer de partenaire en cours de route, quelle que soit la situation d’Alcatel-Lucent.