Après un long silence durant la polémique autour de la couverture du réseau Free Mobile et les attaques de ses concurrents, le quatrième opérateur s’exprime sur la situation, au lendemain du communiqué de l’ARCEP. Dorénavant, les choses sont claires : à ceux qui dénigreront la réalité de sa couverture ou de ses investissements, Free Mobile les attaquera en justice. Fini de jouer, il faut maintenant accepter le nouvel entrant !

Free Mobile aura attendu les résultats de l’ARCEP et de l’ANFR pour rendre disponible à la suite de sa conférence sur le dernier trimestre 2011 Freebox, un communiqué mettant les choses au clair.

Free Mobile rappelle à cette occasion qu’il est le premier opérateur à respecter ses obligations de couverture 3G dans les délais imposés par la licence. Il souligne également que les trois autres opérateurs ont été mis en demeure afin de respecter leurs engagements sur la couverture 3G, étant donné qu’ils avaient pris des années de retard. Ça calme !

Concernant l’investissement, Free Mobile réaffirme, qu’il s’agisse du déploiement du réseau ou de l’emploi, qu’il est un opérateur très actif avec 1500 salariés de plus depuis les 12 derniers mois et près de 2500 antennes relais qui devraient être en fonction d’ici la fin de l’année.

Comme l’avait répété Xavier Niel, Free Mobile ne peut être viable qu’avec son propre réseau mobile, l’itinérance étant une solution transitoire pour permettre une couverture réseau nationale en attendant le déploiement de son propre réseau.

Dans ces conditions, Free Mobile souhaite mettre un terme à la polémique et menace d’attaquer en justice quiconque viendra dénigrer la réalité de sa couverture réseau ou ses investissements.

Il n’est en effet pas tolérable de casser l’image du nouvel entrant sur des accusations venant en contradiction totale avec la réalité de terrain.

[adfever type=”product” value=”18091525″]