Free Mobile fête aujourd’hui son premier anniversaire ! Retour sur le lancement de Free dans la téléphonie mobile, un parcours semé d’embûches. 

Free Mobile, ce n’est pas le 10 janvier 2012 que son aventure commence… non… Free Mobile démarre son histoire en 2007.

2007, Free Mobile n’est pas retenu !

Si Free Mobile a lancé son offre le 10 janvier 2012, la division a été créée le 24 juillet 2007. C’est cette même année que la candidature de Free Mobile n’a pas été retenue lors du premier appel d’offre pour la quatrième licence 3G en France. Free Mobile demandait alors un étalement du paiement de la licence mobile et, alors qu’il était le seul en course, son dossier a été refusé pour ce motif de paiement étalé.

En effet, fin juillet 2007, Free Mobile dépose son dossier pour l’obtention de la licence mobile. Confiant dans son obtention et étant l’unique intéressé, tout semble gagné. Et pourtant… les 619 millions d’euros demandés pour la licence doivent être payés en une fois : “Dans les conditions financières actuellement définies par la loi des finances, la candidature de la société Free Mobile, telle que présentée dans son dossier de candidature du 30 juillet 2007, ne respecte pas les critères de qualification et ne peut, par suite, qu’être rejetée” indiquera alors l’Arcep dans un communiqué. En effet, la demande de Free visant le paiement en plusieurs fois a été un facteur d’élimination de sa candidature, bien qu’unique.

C’est la douche froide pour Free et le soulagement pour les opérateurs Orange , SFR et Bouygues Telecom. Iliad, la maison mère de Free réagira en souhaitant que “les pouvoirs publics mettent en oeuvre les conditions permettant l’émergence d’un 4e opérateur mobile”. Free est déterminé et affirme haut et fort son intérêt pour la quatrième licence mobile “sur un marché français caractérisé par un manque de concurrence, un des plus faibles taux de pénétration en Europe et des offres tarifaires peu attractives pour les consommateurs”. C’est dit !

La ministre de l’Economie, des Finances et de l’Emploi de l’époque, Chrisitine Lagarde, prend acte de l’élimination décidée par l’ARCEP et indique que “toutes les options restent ouvertes pour l’attribution d’une quatrième licence de téléphonie mobile ‘.

C’est cette même année 2007, de l’aveu de Xavier Niel lui-même, que l’offre à 19.99€ est née. Elle ne bougera pas jusqu’à sa présentation le 10 janvier 2012.

2009, l’année du soulagement avec l’obtention de la licence 3G

En décembre 2009, lors d’une seconde mise en vente de cette quatrième licence mobile, Free Mobile est retenu par l’ARCEP. Le 12 janvier 2010, Free Mobile est détenteur de la quatrième licence de téléphonie mobile et dispose alors de 2 ans jour pour jour afin de lancer son offre mobile, sous réserve que son propre réseau de téléphonie mobile couvre au moins 27% de la population Française. Free Mobile devra alors trouver un accord avec un opérateur mobile afin de disposer d’une couverture 2G là où son propre réseau n’est pas encore déployé et ce, afin de disposer d’une couverture nationale lors de son lancement.

Dès décembre 2010, Free Mobile commence à faire parler de son arrivée dans la téléphonie mobile. L’opérateur s’est engagé auprès du gendarme des telecom à proposer une offre à tarif avantageux et l’on peut lire dans un journal le titre « Free Mobile promet de diviser par deux la facture de téléphone des Français ! ».

Notons que cette quatrième licence 3G a été obtenue pour 240 millions d’euros alors que le premier appel a candidature fixait son prix à 619 millions d’euros payés en 2000 par les trois autres opérateurs historiques. Le conseil d’État a justifié cet avantage par des spectres de fréquences plus étroits et le retard de dix ans de Free sur ses concurrents. La Commission européenne n’y voit pas d’aide illicite de l’État.

2011, Free Mobile obtient une licence 4G

Le 2 mars 2011, Free Mobile et  Orange France signent un accord d’itinérance. Le contrat va au delà de la fourniture 2G et s’étend à la couverture 3G nationale du réseau Orange . Dès lors que Free Mobile couvre 25% de la population, l’itinérance Orange peut commencer.

Le 22 septembre 2011, Free Mobile obtient une licence 4G d’une largeur de 20 MHz duplex dans la bande des 2,6 GHz pour 271 millions d’euros. Concernant les fréquences 800 Mhz, Free Mobile n’obtient rien si ce n’est un droit d’itinérance avec SFR ou un autre opérateur s’il désire passer un contrat spécifique. Maxime Lombardini déclarera alors que Free Mobile a obtenu ce qu’il souhaitait au niveau de la licence 4G.

2012, Free Mobile se dévoile dans un show qui déboite

Le 10 janvier 2012 au matin, rue La Ville L’Évêque à Paris, Xavier Niel a donné rendez-vous aux journalistes et aux internautes avec une retransmission en direct sur Internet. Le ton est donné : nous avons été pris pour des pigeons par les autres opérateurs et on nous presse comme des citrons. Le Forfait RSA ? Plus on est démuni, plus on nous tape sur la tête.

Le lancement de Free Mobile est agressif envers la concurrence, comme un air de revanche face à un parcours semé d’embûches où l’on a tout fait pour ne pas voir arriver le père Niel dans la téléphonie mobile et casser la poule aux oeufs d’or… mais ce lancement est surtout agressif sur les prix et la promesse de diviser les prix par 2 est alors pleinement tenue :

S’en suit une saturation du site de Free Mobile avec une grande difficulté pour pouvoir s’abonner, une saturation également au niveau du service de portabilité du numéro qui n’arrive plus à suivre les demandes et des appels en soirée qui échouent en attendant le renforcement des interconnexions entre le réseau Orange et le réseau Free Mobile. Le succès fulgurant de l’offre Free Mobile induit des couacs mais la machine est lancée et les consommateurs saluent l’offensive du nouvel opérateur dont les quelques boutiques Free Center sont pleines à craquer.

On estime alors à un million les abonnés Free Mobile à fin janvier 2012. C’est la panique chez les concurrents.

Free Mobile est alors attaqué à de nombreuses reprises sur la couverture réelle de son réseau mobile, vérifié et validé à plusieurs reprises par l’ARCEP et l’ANFR. Comme cet argument ne tient pas, les opérateurs misent sur la perte des emplois dans le secteur de la téléphonie mobile ou la fragilité concernant les investissements dans le réseau, notamment le réseau 4G. Mais rien n’arrête Free Mobile…

Xavier Niel déclare « Je ne crois pas qu’il ait existé un opérateur dans le monde qui ait pris autant d’abonnés en aussi peu de temps quel que soit le pays » et 2012 marque également le raz le bol de Free Mobile face à ses concurrents qui dénigrent son réseau. Dorénavant, « toute personne dénigrant la réalité de la couverture du Free Mobile ou de ses investissements » sera attaquée en justice. L’effet d’annonce fonctionne, Free Mobile n’est plus accusé sur ce point.

Au 30 septembre 2012, iliad annonce que Free Mobile détient 4.4 millions d’abonnés. Le 30 novembre 2012, l’ARCEP indique que Free Mobile couvre 37.3% de la population Française au premier juillet 2012 avec son propre réseau mobile.

2013, 5 millions d’abonnés

2013 marque également l’Orange , SFR et Bouygues Telecom restituent des fréquences à Free Mobile pour le 900 Mhz" href="http://www.freeiphone.fr/orange-sfr-bouygues-telecom-restituent-frequences-free-mobile-900-mhz/" target="_blank">activation de la bande de fréquences 900 Mhz dans les grande villes. Free Mobile peut alors augmenter la portée de ses antennes relais afin de supporter une plus grande partie de ses abonnés sans avoir recours à l’itinérance Orange .

En un an, Free Mobile aura réussi son pari : dans un marché qui semblait saturé, Free Mobile parvient en un an à séduire 5 millions d’abonnés et se prépare au lancement de son offre 4G, au marché du prépayé et à une offre uniquement data.

Et ceci n’est qu’un petit résumé de l’aventure Free Mobile qui ne fait que commencer…

Bon anniversaire Free Mobile et un grand merci pour ce que tu as apporté dans la téléphonie mobile en France 🙂

rédigé avec l’aide de la page wikipedia