Free Mobile tente tant bien que mal à déployer son réseau mobile mais de nombreuses oppositions lui mettent des battons dans les roues…

Tout d’abord, c’est une antenne planifiée située à La Gardette à Lormont qui a posé problème. Alors que Free Mobile avait obtenu le droit d’implanter son antenne relais, l’opérateur a visiblement pris du retard et la date butoir a expiré avant que l’antenne ne soit pleinement installée. Le permis de construire devenant alors périmé du fait du retard de Free (2 ans quand même), la Mairie a pris acte de l’arrêt du droit de pouvoir déployer son antenne relais. Et une en moins ! Free Mobile doit trouver un autre endroit et recommencer…

Par ailleurs, c’est à Nancy qu’une nouvelle polémique enfle sur l’émission des antennes relais Free Mobile au niveau du voltage par mètre. L’antenne située sur une église, proche d’une école, émettait au maximum 0.7 V/m selon un cabinet indépendant et donc, Free Mobile respectait largement les obligations d’émission des ondes. Mais une association de riverains a procédé récemment à des mesures par ses propres moyens et les résultats sont tout à fait différents :

un-pic-a-ete-releve-vendredi

Déposant un recours devant le tribunal administratif de Nancy, l’association dénonce des émissions d’ondes bien plus élevées : 1.91 V/m. Il aurait même constaté un pic de 3 V/m. Free Mobile aurait boosté son signal après les mesures du cabinet indépendant et ce, afin d’obtenir une meilleure couverture avec cette antenne relais ? L’outil utilisé par l’association est-il fiable ? la lumière devra se faire sur ces différents points et les méthodes utilisées pour relever ces données non certifiées par des experts en la matière pour l’instant.

Toujours est-il que cette antenne relais pourrait aussi être retirée sous la pression qui monte. Et ces 2 cas ne sont pas isolés. Des riverains ne veulent plus d’antennes relais sur leurs immeubles. Free Mobile a même procédé à une installation en pleine nuit avec un faux décor (comme les autres opérateurs par ailleurs) sur un immeuble afin d’être le plus discret possible.

Difficile dans ces conditions donc de pouvoir développer un réseau mobile en toute sérénité et on peut se poser la question de l’atteinte des objectifs de déploiement d’iliad tant les riverains se composent en associations et s’opposent à ces nouvelles antennes relais. Le Gouvernement devra probablement finir par se pencher sur cette question s’il souhaite que le quatrième opérateur mobile puisse s’installer dans des conditions similaires à ses prédécesseurs, à une époque où on était moins préoccupé par ces émissions d’ondes…

Mots clés :