Oui, Free Mobile semble bien utiliser son réseau Wimax afin de permettre à ses antennes relais de communiquer entre elles.

Selon lowcostmobile.com, iliad utiliserait ses fréquences Wimax (filiale IFW) afin de distribuer son réseau 3G entre ses antennes relais. Si tel est le cas, l’idée est particulièrement intelligente.

En effet, il suffit alors d’apporter la fibre optique au pied d’une antenne relais afin que celle-ci envoie un signal 3G aux autres antennes relais Free Mobile à proximité en utilisant le réseau Wimax. Ainsi, Free Mobile peut plus rapidement et plus facilement déployer son réseau mobile tout en réalisant de belles économies d’infrastructures.

On comprend mieux, si l’information se confirme, que iliad soit aussi respectueux de la couverture de son propre réseau national Wimax afin de ne pas perdre sa licence d’exploitation. En effet, lors de la dernière vérification, iliad était la seule à respecter ses engagements de couverture nationale.

On comprend aujourd’hui également pourquoi la ville de Caen a rapidement été la ville la mieux couverte par le réseau Free Mobile. En effet, iliad a racheté la société Altitude Telecom qui avait à l’époque déjà largement déployé le Wimax sur Caen. Dans cet article, nous relevions les propos de Xavier Niel au sujet du Wimax : «Le Wimax est une option pertinente à l’horizon 3-5 ans pour le développement du groupe, en complément des activités actuelles de Free». Il s’agissait probablement de l’envie de devenir opérateur mobile…

Par ailleurs, Xavier Niel a indiqué dans l’émission “On refait le Mac” que « On a du spectre qui nous sert à autre chose, qui nous sert dans le cadre du mobile à faire des choses intelligentes, mais pas en liaison directe avec les abonnés », ce qui tend à renforcer cette solution de déploiement mobile.

Vous pouvez écouter l’intervention de Xavier Niel à 1h:

Sachez également que les fréquences Wimax pourront être utilisées dès 2016 (et peut être même avant selon le souhait de l’Europe) afin de proposer des signaux 3G ou 4G en direction des smartphones. Le problème, c’est qu’il faudra avoir un smartphone capable d’utiliser cette fréquence mais d’ici là, une puce aura surement vu le jour pour traiter une large bande de fréquences.

Pour le moment, Free Mobile exploiterait le Wimax avec un système BLR 3 Ghz avec la norme IEEE 802.16m “prévoyant à partir d’une station de base située sur un pylône, des débits jusqu’à 1Gbit/s (Gigabit Wimax) en download et plus de 200 mégabit/s en upload“. Une seule antenne relais reliée au réseau Free Mobile en filaire pourrait alors transporter du débit 3G à d’autres antennes mobiles situées jusqu’à 50 Km autour.

Et cette solution pourrait également facilement s’appliquer au réseau 4G, le Wimax permettant de transporter les débits correspondant à la norme LTE. Le Wimax apporte un réel avantage car il permet de transporter des débits élevés à moindre coût pour le déploiement des antennes relais Free Mobile, le tout fonctionnant sur le protocole IP.

source