Cette offre de rachat aurait été très inférieure à la valeur de Bouygues Telecom, une manière certainement de titiller le concurrent de Free le plus fragilisé depuis l’arrivée de Free Mobile.

C’est le magazine Marianne qui rapporte que ce l’on pourrait considérer comme une petite provocation de Xavier Niel envers Martin Bouygues. Ce dernier aurait d’ailleurs pris la plaisanterie avec sérieux en confiant à un proche que quelle que soit l’offre, Martin Bouygues préférerait crever que de vendre à Free.

Le contraire aurait été étonnant…