Après trois vérifications du réseau Free Mobile, l’opérateur pourrait à nouveau être contrôlé afin de vérifier encore et toujours s’il remplit les conditions de couverture pour exploiter sa licence 3G. Quant à L’ARCEP, elle serait sous pression ministérielle. 

Une nouvelle vérification du réseau Free Mobile ?

La tribune indique que “les ministres veulent mettre la pression sur l’ARCEP“. ils s’apprêteraient à demander à nouveau un audit pour vérifier la couverture et le déploiement du réseau Free Mobile.

Selon les autres opérateurs mobiles qui comparent leurs coûts d’investissements réseaux avec Free Mobile, ils soulignent un investissement de la part de ce dernier, bien moindre et s’interrogent. Visiblement les ministres se posent des questions à leur tour et bien que Free Mobile ait déjà eu affaire à trois vérifications de son réseau mobile, cela ne semble pas suffire. Les opérateurs vont-ils de nouveau mettre la pression au point de revoir la méthode de vérification ?

Une terminaison d’appel en renégociation ?

Le ministre Arnaud Montebourg veut rencontrer les opérateurs afin de trouver des solutions et des « moyens du retour à un modèle de croissance, au bénéfice de l’emploi, tant au sein des opérateurs que chez leurs sous-traitants et fournisseurs. »

La pression sur l’ARCEP aurait alors également pour but de baisser la terminaison d’appel accordée à Free Mobile, ce qui mettrait alors l’opérateur en difficulté.

On a du mal à comprendre le gouvernement : les opérateurs ont des marges confortables, très confortables et ne souhaitent pas les diminuer donc exercent une pression sur le sujet sensible qu’est l’emploi.

Xavier Niel ne sera pas présent demain aux côtés du ministre et des dirigeants des autres opérateurs. Free Mobile devrait être représenté par Cyril Poidatz, président du conseil d’administration d’Iliad et Laurent Laganier, le directeur de la réglementation.

Il vaut mieux ne pas mettre Xavier Niel autour d’une table avec Martin Bouygues en ce moment….