Oui, ça fait mal ! En utilisant une coque de protection bas de gamme pour son iPhone 6, cette demoiselle s’est retrouvée fortement brûlée à la cuisse.

On a déjà lu des histoires de brûlures avec un iPhone comme celle-ci ou encore celle-là sans oublier cet autre cas mais cette nouvelle histoire est plutôt inédite.

Cette demoiselle a utilisé une coque de protection Newlook dont les caractéristiques ne sont visiblement pas du tout adaptées à l’iPhone 6. En effet, on peut découvrir sur sa cuisse une belle grosse brûlure qui aura des difficultés à ne laisser aucune séquelles. Elle devrait s’en souvenir longtemps.

coque-iphonebrulure-iphone

La mère de la jeune fille de neuf ans explique que Olivia n’était pas autorisée à prendre son iPhone dans sa chambre mais elle n’a pas écouté sa maman et l’a caché contre elle. Elle s’est ensuite endormie mais ce n’est que plusieurs heures après, pendant la nuit, qu’elle s’est réveillée avec une douleur à la cuisse. Ayant tellement mal, elle décide alors d’aller voir sa mère en pleine nuit qui, ne la croyant pas, lui demande d’aller se recoucher.

Mais le lendemain matin, la marque de brûlure était bien visible. Allant à l’hôpital pour se faire soigner, les médecins sont catégoriques : il s’agit d’une brûlure chimique causée sans aucun doute possible par cette coque de protection. Le diagnostique est sans appel : la marque sera visible à vie sur la jeune fille.

De son côté, le fabricant de la coque a rappelé tous les modèles similaires le temps que l’enquête se déroule mais… le mal est fait. Ces protections étaient vendues au alentours de 10€, bien moins chères que les protections officielles vendues par Apple. Mais au moins avec Apple, on a l’assurance de produits testés sans danger car ne contenant pas de produit toxique ou chimique de ce genre.

Triste histoire pour une fillette de seulement 9 ans qui portera à vie la marque d’un iPhone 6 bien reconnaissable sur sa cuisse. Cela vous donnera peut-être à réfléchir lorsque vous opterez pour une coque de protection la prochaine fois.

source

Mots clés :