Le Conseil d’Administration de Bouygues Telecom s’est réuni hier pour discuter de la proposition de rachat par SFR / Numericable. L’offre a été refusée. Voici les raisons.

Martin Bouygues soutenait que Bouygues Telecom n’était pas à vendre, même pour 8 milliards d’euros. Mais Patrick Drahi, via Altice, a reformulé une offre de 10 milliards d’euros. Cette offre a été étudiée hier soir chez Bouygues Telecom dans le cadre d’une réunion exceptionnelle du Conseil d’Administration de l’opérateur Telecom.

Bien que l’offre de rachat de 10 milliards d’euros soit intéressante car estimée à plus de 25% de la valeur du marché de Bouygues Telecom, ce dernier est très clair : il n’est absolument pas à vendre. Et la décision a été votée à l’unanimité. Bouygues Telecom estime être “particulièrement bien placé pour bénéficier de cette croissance sachant qu’il dispose d’un avantage concurrentiel fort et durable grâce à son portefeuille de fréquences et à son réseau 4G reconnu comme l’un des meilleurs du marché. L’opérateur, devenu l’animateur du marché du Fixe, bénéficie également de sa percée dans l’Internet Haut Débit et du lancement réussi de sa Bbox Miami sous Android. Enfin, l’accélération de la transformation de l’entreprise conduit à une structure de coûts de plus en plus compétitive. Le conseil considère que Bouygues Telecom a les moyens de retrouver à l’horizon 2017 une marge d’Ebitdaa de 25% minimum (niveau de 2011), celle-ci devant poursuivre sa progression à plus long terme.”

martin-bouygues

Bouygues Telecom souligne également le risque lié à la concurrence dans le fixe et le mobile et a estimé qu’Altice ne donne pas de réponse satisfaisante à cette problématique. Il n’est pas non plus mentionné l’enjeu des fréquences 700 mhz dont le lancement des enchères est imminent.

Enfin, “le conseil a apporté une grande attention aux conséquences d’une consolidation du marché sur l’emploi ainsi qu’aux risques sociaux nécessairement liés à une telle opération. Le groupe Bouygues s’attache depuis toujours à écrire une histoire industrielle créatrice de valeur sur le long terme avec ses salariés et ses prestataires, dans l’intérêt de ses clients, tout en veillant à ses engagements en matière d’investissements pour le développement des infrastructures françaises.”

Bouygues Telecom s’est restructuré. L’opérateur a revu sa stratégie et face à SFR / Numericable qui est très endetté et qui semble augmenter les prix de tous ses forfaits pour les calquer sur ceux de Numericable, Bouygues Telecom se sent en force pour apporter une réponse en terme de concurrence. Et il a raison ! Un marché à quatre opérateurs mobiles ne peut qu’être bénéfique pour le consommateur.

SFR / Numericable a du soucis à se faire : il ne peut pas évincer un concurrent en le rachetant, trop simple. Il va falloir démontrer qu’il peut se différencier, notamment en déployant son réseau 4G qui est un peu au ralenti en ce moment. Et lorsque l’on constate les recrutements du groupe d’Altice en ce moment…