Nous l’avions déjà évoqué et c’est aujourd’hui Free qui l’affirme : acheter Bouygues oui, mais dans 6 mois cela n’aura aucun intérêt pour le dernier entrant.

Bouygues Telecom n’en démord pas et souhaiterait voir une offre de 8 milliards d’euros arriver sur sa table. Free estime que Bouygues Telecom ne vaut pas plus de 5 milliards et n’en proposera pas plus.

Orange , qui avait entamé de sérieuses discussions avec Bouygues Telecom, semblait une valeur sûre mais afin de ne pas éviter un refus de l’autorité de la concurrence, il était question de se séparer Bouygues Telecom avec Free Mobile. Sauf que ce dernier n’aurait pas accepté de reprendre des salariés de l’opérateur et Orange n’aurait pas cédé à ces conditions. Du coup, Orange s’est retiré et seul Free reste l’opérateur susceptible de racheter Bouygues Telecom.

Bien entendu, plus le temps passe et plus Free Mobile déploie son réseau mobile. Conséquence, plus Bouygues Telecom attend après Free, plus il prend le risque de devenir inutile à Free Mobile qui aura au fur et à mesure des mois de moins en moins besoin de racheter un réseau mobile national. Et c’est un dirigeant de Free qui va en ce sens en expliquant que “chaque jour, la construction de notre réseau progresse, et ça sera encore moins un sujet dans six mois qu’aujourd’hui “.

Bouygues Telecom veut 8 milliards, Free en propose 5 et menace a demi-mots de ne plus être intéressé quel que soit le prix de vente dans 6 mois. De son côté, Bouygues Telecom montre qu’il veut se battre jusqu’au bout mais malgré des tarifs agressifs dans le fixe avec une offre tripleplay à 19,99€, son handicap est situé au niveau des répartiteurs dégroupés : il n’en a que très peu et son offre n’est donc que peu disponible.

La question est : Bouygues Telecom va-t-il céder à l’offre d’iliad ou risque-t-il de se battre jusqu’au bout et de perdre encore plus gros ?

source : magazine papier Capital