Selon le rapport de Bruno Deffains,  Professeur à l’Université Paris 2 (Panthéon-Assas) et Directeur du Laboratoire d’Economie du Droit, l’arrivée de Free Mobile impacterait le secteur de plus de 60000 emplois en moins. Il s’agit de la première étude sérieuse sur le sujet. Il s’agit d'”hypothèses” et de “conséquences possibles“.

Le point sur l’état du secteur 

L’étude fait un point sur l’état des emplois dans le secteur en prenant soin de distinguer trois tranches d’emplois possibles :

– Emplois Internes : 24000
– Emplois Directs : 130000
– Autres partenaires : 191000

La facture moyenne d’un abonné était de 29.5€ par mois en moyenne en 2011 (dont 4.9€ pour le téléphone).

Avec l’arrivée de Free Mobile, « La part de la facture dédiée aux services passe de 24,6 €/mois à 16,9 €/mois, soit une diminution moyenne de 6,5 €/mois et une baisse des ventes liées aux services de 5,2 milliards d’euros. Par ailleurs, il faut estimer la part des consommateurs qui optent pour des offres sans terminal en tenant compte que ces consommateurs continueront d’acheter et renouveler leurs terminaux mais à un rythme moindre. En posant que 50% des abonnés choisissent une offre sans subvention du terminal, les ventes annuelles de terminaux diminueront de 29,5%, soit un renouvellement moyen tous les 42 mois, contre 30 mois en moyenne en 2011. «

Le professeur estime alors 61600 emplois supprimés :

– 10600 chez les opérateurs mobiles
– 35200 chez les partenaires de 1er rang
– 15800 chez les autres partenaires

Les opérateurs privilégieront la qualité de leur réseau 

C’est sur ce champ de bataille qui fera la différence que les opérateurs mobiles devraient, toujours selon l’étude, sauvegarder 10100 emplois, d’où une destruction d’emplois du secteur ramenée à 51500 emplois.

Risque de délocalisation

L’étude prend également en compte le risque des délocalisations suite à la baisse des marges des opérateurs mobiles : 7800 postes détruits et une remontée globale du chiffre des emplois détruits à 69400.

Le rapport semble à première vue ne pas mentionner les créations d’emplois induites par Free Mobile, en tout cas, pas explicitement.

source

Mots clés : ,