La 4G est un enjeu important pour la France et la Ministre de l’Economie numérique, Fleur Pellerin, le sait ! 

La polémique n’est pas terminée sur l’impact des ondes de téléphonie mobile sur la santé. Avec l’arrivée du réseau mobile 4G, le débat reprend une place médiatisée. Demain, l’Assemblée Nationale examinera une proposition de loi sur l’exposition des ondes.

Fleur Pellerin y va de sa stratégie pour rassurer les Français : elle a convié la presse dans le 12ème arrondissement de Paris, munie d’outils de tests pour mesurer les ondes liées à la téléphonie mobile. Petit bémol au passage, la Mairie de Paris a trouvé un accord avec les opérateurs mobiles afin qu’ils réduisent le seuil d’exposition. Cela ne reflète donc pas l’ensemble du territoire !

Du coup, Fleur Pellerin, en présence de l’Agence Nationale des Fréquences, démontre à la presse que le seuil ne dépasse pas 0.6 V/m alors que le seuil autorisé est de 41 V/m. Ça tombe très bien car justement, l’association des Robins des Toits milite pour un seuile ne dépassant pas 0.6 V/m.

Ceci étant, Fleur Pellerin émet des réserves sur les différentes études liées à l’impact des ondes sur la santé : « Elles sont contradictoires et il n’est pas question de jouer avec des peurs irrationnelles pour freiner le déploiement de la 4G. Il ne faut pas opposer l’économie et l’écologie. »

En gros, on ne sait pas mais l’enjeu économique est tel qu’on y va quand même… : « C’est un enjeu important. Il représente un investissement de 3 milliards d’euros sur 5 ans et des dizaines de milliers d’emplois. »

Tout comme le propose L’agence Européenne pour l’environnement, la ministre indique qu’une campagne de sensibilisation va prochainement démarrer pour inciter l’utilisation des oreillettes. Il serait même question de demander aux fabricants des modèles spécifiques pour les enfants ! Elle a raison, on parle des ondes des antennes relais mais qui parle de l’émission du téléphone mobile posé sur la tempe ?

Quant à la proposition de loi, nous verrons demain si celle-ci pourrait retarder ou durcir le déploiement 4G en France…

Mots clés :